Fatigue oculaire ou visuelle

Partager

Comprendre la fatigue visuelle

Tout comme une activité intense fatigue notre corps, nos yeux ne sont pas différents.

Ressentez-vous une fatigue oculaire après avoir passé du temps à utiliser des appareils numériques ?
Lorsque vous lisez, perdez-vous votre concentration ?
Avez-vous parfois une vision floue lorsque vous lisez ?

Parfois, les difficultés de vision ne sont pas causées par une affection permanente de l’œil. Au contraire, ces problèmes sont causés par une utilisation excessive et/ou prolongée de la vision, ce qui entraîne une fatigue oculaire. Nos vies modernes impliquent l’utilisation non-stop de smartphones, d’ordinateurs et d’autres appareils similaires – et tous ont un impact sur nos yeux. L’American Optometric Association appelle ce phénomène le syndrome de vision par ordinateur, ou fatigue oculaire numérique. Les personnes qui regardent des écrans deux heures d’affilée ou plus chaque jour sont les plus exposées à ce problème.

Le système autofocus naturel de l’œil que nous utilisons pour la vision de près est basé sur l’effort musculaire. La fatigue oculaire est principalement une fatigue musculaire qui survient lorsque nous luttons pour voir clair en effectuant des activités de près, comme la lecture et l’utilisation d’un appareil à écran.

Dans certains cas, un problème oculaire sous-jacent, tel qu’une vision non corrigée, peut provoquer ou aggraver la fatigue visuelle due à l’ordinateur. Pour soulager la fatigue oculaire, il faut toujours commencer par porter des verres correcteurs.

Nikon a été un pionnier dans le domaine de la fatigue oculaire, en proposant des verres qui apportent un soulagement et réduisent la fatigue, tout en limitant l’impact des technologies numériques sur l’œil. Relaxsee contribuera à soulager le système autofocus de l’œil.

IDÉE PRÉCONÇUE

Lorsque vous avez un problème de vision, le fait de ne pas porter vos lunettes de temps en temps aide vos yeux à fonctionner. FAUX

Le fait de ne pas porter de lunettes fait travailler les muscles des yeux encore plus fort et peut entraîner une fatigue inutile.

Lumière bleue et fatigue oculaire numérique

  • Combien de temps passez-vous devant des écrans ?
  • Comment protégez-vous vos yeux contre la lumière bleue nocive des écrans ?

La lumière est au cœur de tout ce que nous voyons et pourtant, certaines lumières peuvent être nocives. Les UV et la lumière bleue sont naturellement présents dans notre environnement à cause du soleil. En fait, le soleil est la plus grande source de lumière bleue.

pure9

Mais la lumière bleue devient de plus en plus omniprésente dans notre environnement, en raison de l’utilisation généralisée des appareils numériques et des éclairages artificiels.

En effet, de nombreux appareils électroniques actuels utilisent la technologie de rétroéclairage par LED pour améliorer la luminosité et la clarté, ce qui a pour effet d’exposer nos yeux à une lumière bleue nocive la plupart des heures de la journée.

pure3

À court terme : peut contribuer à la fatigue visuelle (1)(2)(3), avec des symptômes tels qu’une vision floue, des difficultés de mise au point, des yeux secs et irrités, des douleurs au cou et au dos, etc.

À long terme : peut être un facteur de risque pour les maladies oculaires liées à l’âge, par exemple la dégénérescence maculaire liée à l’âge (4)(5).

Nikon développe des solutions de protection contre la lumière bleue qui suivent le rythme effréné de nos vies modernes et numériques.

Découvrez SeeCoat Blue UV, une technologie révolutionnaire de purification de la lumière qui capture les dangers invisibles tout en garantissant une esthétique inégalée.

1. Lin j. et al. « short-wavelength light-blocking eyeglasses attenuate symptoms of eye fatigue » iovs – 2017
2. Ide t. et al. « effect of blue light-reducing eye glasses on critical flicker frequency » – 2015 asia- pacific journal of ophthalmology 4: 80-85
3. Isono h. et al. « the effect of blue light on visual fatigue when reading on led-backlit tablet lcds » (2013) proceedings of international display workshops
4. Dawson, et al, local fundus response to blue (led and laser) and infrared (led and la