Nikon Lenswear FR

Comment lire une ordonnance optique ?

Partager

Suite à votre dernier examen de vue, votre ophtalmologiste vous a remis une ordonnance optique. Pas facile de s’y retrouver avec tous ces chiffres, et pourtant, c’est grâce à ces indications que l’opticien pourra réaliser l’équipement visuel qui vous assurera de voir net.

Décrypter son ordonnance optique en quelques secondes, c’est possible. On vous explique tout !

Etape 1 / Décodons ensemble les abréviations sont souvent utilisées par les médecins.

  • VL : vision de loin
  • VP : vision de près
  • VI : vision intermédiaire
  • OD : oeil droit
  • OG : oeil gauche
  • ODG : oeil droit + gauche
  • Add : addition
  • SPH : sphère
  • CYL : cylindre
  • AV : acuité visuelle
  • EP : écart pupillaire

Etape 2 / Comprendre à quoi correspondent tous ces chiffres sur votre ordonnance optique

Une ordonnance optique comprend 2 lignes principales. Une pour chaque oeil. Par convention l’ophtalmologiste commence par l’oeil droit (OD) et indique à la suite la correction visuelle nécessaire. Pareil pour l’oeil gauche (OG).

Jusque là, tout va bien ! Ensuite, vous retrouverez sur chaque ligne, une série de chiffres.

1) D’abord, les chiffres précédés d’un signe + ou -.

  • «–» signifie que vous êtes myope.
  • «+» indique que vous êtes hypermétrope.

Le chiffre qui suit derrière indique le nombre de dioptries dont votre œil a besoin pour voir net. Plus le chiffre est grand, plus la correction nécessaire est importante. Attention cela ne correspond pas aux dixièmes que vous voyez.

2) Il se peut qu’à la suite du chiffre indiquant une myopie ou hypermétropie suive d’autres chiffres. Si tel est le cas, alors vous êtes astigmate.

Les chiffres entre parenthèses () indiquent l’importance de l’astigmatisme. Ensuite, vous verrez un degré (°) relatif à l’axe d’orientation de l’astigmatisme. Cette information servira à votre opticien lorsqu’il montera vos verres dans votre monture.

Bon à savoir : l’astigmatisme peut être isolé mais s’associe souvent à un autre trouble de la vision comme une hypermétropie, une myopie.

3) Sur la dernière ligne de l’ordonnance peut se trouver l’abréviation « ADD ». C’est ce qu’on appelle l’addition. Elle est nécessaire à partir de 40-45 ans, lorsque la presbytie apparaît. Cette addition est une aide supplémentaire apportée aux yeux pour faciliter la vision de près.

Vous retrouvez parfois d’autres indications sur votre ordonnance optique :

  • Un triangle, suivi d’une valeur numérique. C’est une valeur prismatique. Vous avez besoin d’un prisme si vous souffrez d’un défaut de convergence ou d’un strabisme. Grâce à cette indication, l’opticien pourra adapter votre paire de verres à votre besoin et soulager votre convergence.
  • EP. C’est l’écart pupillaire. Cette mesure correspond à la distance entre vos deux pupilles (centre de l’œil) pour que l’opticien puisse centrer les verres en fonction de chacun. Le plus souvent votre opticien prendra lui-même les mesures lors de l’achat de votre équipement.

Durée de validité de votre ordonnance, ce qu’il faut savoir.

Sauf contre-indication contraire de l’ophtalmologiste, la durée de validité d’une ordonnance est de :

  • 1 an pour les enfants de moins de 16 ans.*
  • 5 ans pour les adultes de 16 à 42 ans.*
  • 3 ans pour les adultes de plus de 42 ans.*
*Pour les ordonnances postérieures au 17 octobre 2016 et sauf contre-indication de l’ophtalmologiste

Maintenant que vous savez parfaitement décoder votre ordonnance, n’attendez plus. Munissez-vous de votre carte vitale, de mutuelle, de cette fameuse ordonnance et rendez-vous chez l’opticien Nikon le plus proche de chez vous !